Témoignages

La randonnée avant et après un cancer  

(Arthur WOLF, Reipertswiller) 

Je suis parti en retraite en octobre 2004, au terme d’une carrière intense et avec de nombreux projets dont j’entrevoyais les bienfaits salutaires. La randonnée était une réelle passion toute ma vie et devait prendre évidemment une place privilégiée lors de ma retraite. 

Avant de débuter cette retraite, j’avais programmé un bilan de santé pour commencer cette deuxième partie de ma vie sous les meilleurs auspices. 

Mais, la vie s’avéra difficile. Le bilan médical avec plusieurs examens dont une coloscopie mettait en évidence une tumeur du rectum. 

Je fus pris en charge par le Professeur Christian MEYER du CHU de Hautepierre. Une opération fut programmée en Janvier 2005 au terme de 13 séances de radiothérapie au centre Paul STRAUSS. Après quatre semaines d’hospitalisation, je quittais l’hôpital avec une stomie provisoire. 

Progressivement, j’ai pu reprendre mes activités de randonnée et au mois de mai suivant une nouvelle opération me permettait de ne plus avoir de stomie avec des selles par les voies naturelles.  

Je vécus ce moment comme un soulagement intense et je reprenais d’emblée mes projets de longues randonnées. Président d’une association de marche et guide de longue date, je pouvais à nouveau gérer mon existence au rythme de mes pas et de celui de mes accompagnants. 

Je recommençais à croire aux plaisirs simples de la vie et à des projets audacieux dont une sortie d’une semaine de marche dans les dolomites. 

Mais c’était sans compter sur les désagréments de la vie lorsqu’elle s’acharne à désavouer la vôtre. 

Des séquelles importantes de l’opération se présentèrent. Je fus repris en charge par le Professeur Christian MEYER au CHU de Hautepierre, lequel entrepris un traitement aux antibiotiques dans l’attente d’une éventuelle autre opération. 

Les mois suivants se passèrent bien avec néanmoins de fréquentes infections urinaires. 

Le Professeur Serge ROHR suite au départ en retraite du professeur MEYER pris le relais de mes traitements. 

Les infections urinaires furent de plus en plus fréquentes.  Je fus de ce fait pourvu d’une sonde urinaire dont les changements incessants rythmaient à nouveau ma vie. 

Pendant deux années durant je vécus au diapason de la maladie, des allers retours à l’hôpital et de plusieurs autres opérations toutes psychologiquement très éprouvantes. 

La disponibilité d’esprit et la force morale requise permettent de surmonter des événements difficiles de la vie. 

Je vis à ce jour avec une stomie digestive et une stomie urinaire. Une infection chronique du périnée avait nécessité des soins quotidiens par une infirmière. Un nouveau dispositif de drainage de cette infection chronique a été mis en place me permettant de me déplacer et de marcher à ma guise… ou presque.  

Il n’en demeure pas moins que je peux à nouveau et ce, depuis quatre ans entreprendre à nouveau des marches et randonnées fréquentes avec la complicité et l’assistance de mon épouse et en pleine harmonie avec la nature, la faune et la flore. 

A l’annonce de la maladie, je n’osais plus envisager autant de bonheur et de plénitude. 

Il faut toujours croire en ses lendemains et ne pas craindre de se ressourcer avec ses passions pour mieux se reconstruire. 

Arthur WOLF 

Témoinage d’une femme stomisée

Je m’appelle Claudie, j’ai 51 ans et suis la maman de 3 grands garçons de 29, 27 et 24 ans.
Ma vie a basculé en 2018, suite à une intervention chirurgicale compliquée au cours de laquelle le colon et l’intestin grêle ont été touchés.
J’ai dû être stomisée et me suis retrouvée plongée dans le monde des personnes stomisées avec une poche collée à même ma peau.
Un dispositif vital mais avec un handicap invisible difficile à accepter.

Je haïssais ma nouvelle image corporelle et il m’était devenu impossible de me regarder dans un miroir, de me toucher le ventre ou ma poche.
Des infirmières à domicile venaient 2 fois par jour afin d’effectuer des soins à ma place.
Aujourd’hui, suite à plusieurs opérations et complications, je n’ai plus de colon et il me manque une petite partie de mon intestin grêle.
J’ai vécu dans la dépression, dans le déni, avec la haine durant des jours et des jours.
J’étais repliée sur moi-même, j’ai vécu dans ma bulle jusqu’au jour où mon fils m’a dit : «Maman, oui tu as une poche. Cela est injuste qu’une opération chirurgicale puisse en arriver là! » Et je n’oublie pas cette autre phrase : « Tu nous as donné la vie et là tu gâches la tienne et la nôtre. Alors bats-toi car ta stomie t’a sauvé la vie ! ».

Quelques jours ont passé avant que ses mots ne m’interpellent et là ce fut le déclic!
J’ai réalisé enfin que ma stomie m’a sauvé la vie et qu’il faut que j’avance, que je continue à profiter de chaque instant présent.
J’ai donc décidé de revivre le plus normalement possible et j’ai donné un joli nom à ma stomie, car pour moi il était important de le faire ! 
J’ai commandé des cache-poches et par la suite des ceintures de maintien.
J’ai repris mes activités d’avant : vélo, randonnée, piscine, restaurant, cinéma…
C’est ainsi que j’ai repris goût à la vie et n’ai plus honte de ma poche. Il m’arrive même de plaisanter à propos de mon handicap et d’en parler sans tabou. Cela m’a libéré d’un poids énorme ! Le regard et l’incompréhension de certaines personnes ne me touchent plus.

Ma joie de vivre est bien plus importante que le regard des autres ! 
Ma plus belle victoire est d’avoir réussi à surmonter toutes ces épreuves, même si cela n’a pas été facile à gérer, loin de là !
Aujourd’hui j’aide les nouveaux Patients stomisés en leur démontrant, à travers ma propre expérience, qu’être stomisé n’est pas une honte et que nous pouvons vivre normalement.
Je finirai par ces mots: « Vivez, profitez et osez ! ».
Ma stomie fait désormais partie de ma personne et la vie vaut la peine d’être vécue !

Claudie, stomisée et membre de l’association UR.IL.CO 67